Devenir riche en 2017, c’est encore possible !!!

Devenir riche en 2017, c’est encore possible !!!

                     Recevez mon livre 

               "10 occasions de devenir riche avec l'immobilier locatif"

 

 

Dans cet article, je vais vous faire un résumé des bases à acquérir si vous voulez savoir comment devenir riche.

Oui, c’est encore possible et c’est une excellente nouvelle, pour une majorité en tous cas, pour ceux qui ont le bon état d’esprit, qui veulent apprendre et qui ont l’envie de réussir.

Vous devez avoir l’envie profonde de devenir riche et tout mettre en oeuvre dès aujourd’hui pour y arriver.

 

Si vous aimez cette page.

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’argent, la création de richesse et l’immobilier, je pense que mon livre « Moi Riche ? Pourquoi Pas ! » pourra vous intéresser.

 

En savoir plus sur le livre

 

 

Un tableau un peu noir…ou simplement réaliste ?!

 

Commençons par dresser le tableau de la situation dans laquelle nous évoluons tous les jours, vous et moi.

Pas toujours drôle à entendre mais nous n’avons pas le choix.

Nous devons faire avec !!!

 

Un monde en mutation.

 

Les mauvaises nouvelles succèdent aux mauvaises nouvelles et ce jour après jours, tous les jours de notre vie.Le monde change, notre monde occidental est en pleine mutation.

C’est un fait incontestable, et il suffit de suivre un journal télévisé, d’acheter un journal, d’écouter la radio pour s’en rendre compte.

Les mauvaises nouvelles succèdent aux mauvaises nouvelles et ce jour après jour, tous les jours de notre vie.

Chômage, fermeture et délocalisation d’entreprises, divorces, guerres, émeutes, manifestations, braquages, suicide, actes désespérés, terrorisme, …etc.

Ce qui a comme finalité de jouer inévitablement sur notre moral et sur celui de nos proches.

 

La détérioration de l’environnement, le réchauffement climatique, la pollution qui avance inexorablement, la disparition d’espèces animales et végétales, le nombre de cancers qui augmente d’année en année…etc.

Quel cadeau extraordinaire laissons-nous à nos propres enfants !

Ils nous maudiront un jour de ne pas avoir pris les mesures nécessaires.

Qu’attendons-nous pour réagir, qu’attendent nos politiciens pour imposer les mesures à prendre d’urgence ?!

 

Durant les décennies d’après-guerre 1940-1945, alors que tout était à reconstruire, les générations qui nous ont précédé ont vécu dans l’opulence et dans l’abondance.

Même si lorsque l’on y baigne tous les jours, on ne s’en rend plus compte.

Tout était possible, tout était permis.

Il y avait du travail pour tous ceux qui voulaient travailler, même si le travail de l’époque était rude pour la plupart des personnes appartenant à la classe moyenne.

Insensiblement, tout s’est accéléré inexorablement, exponentiellement, la société de consommation a pris les rênes et a fixé les règles du jeu.

 

Vers un monde de consommation.

 

Elle a réussi à nous formater le cerveau à coup de matraquage publicitaire.

De là, le citoyen moyen actuel a « besoin » de tellement de choses matérielles pour avoir la sensation d’appartenir à la collectivité.

Pour se sentir « comme les autres », ou au-dessus des autres pour les plus avides, la vie professionnelle toute entière doit être consacrée à travailler dur…

Et longtemps pour permettre l’accession à tous ces biens.

 

Exemples :

 

  • télévision : elle doit être de plus en plus grande, avoir de plus en plus de chaînes, nous permettant à tout moment de voir ce que nous aimons.
  • Voiture : Elle doit être belle, grosse, si possible chère, et neuve du dernier modèle pour afficher sa réussite. Bien souvent les ménages ont besoin de 2 voitures pour pouvoir se rendre chacun à leur travail respectif. Ils sont bien souvent éloignés du domicile car il est nécessaire et obligatoire financièrement de travailler à deux pour arriver à joindre les 2 bouts.
  • Vacances : il est presque devenu nécessaire de partir 2 ou 3 fois en vacances chaque année pour survivre au stress quotidien que nous subissons. Ou en tout cas, c’est ce qu’il nous plait de croire.
  • Téléphone portable, ordinateur, tablette, GPS,…etc

 

Pour obtenir tout çà et continuer à appartenir au modèle social dans lequel nous vivons, les gens s’endettent et utilisent à tour de bras et pour tout, les fameux crédits à la consommation.

Ils nous permettent d’obtenir très rapidement l’objet du désir, et surtout sans devoir attendre.

Sans plus prendre le temps de rêver sur l’objet…

Nous apprenons à nos enfants qu’il faut économiser pour se payer ce que l’on veut, mais nous faisons tout l’inverse quand nous sommes adultes.

Alors que ces crédits coûtent cher, très cher, parfois 20 à 30% de plus que le prix de l’objet lui-même.

Ils sont à la source de nombreux problèmes, de faillite des ménages.

Une fois étranglés, ils se sentent obligés pour s’en sortir de refinancer ces crédits par …d’autres crédits.

Vous riez, vous vous dites peut-être que vous n’êtes pas dans la situation et qu’il faut être stupide pour rentrer dans ce jeu pervers…

Ce qui est certain en tous cas, c’est que vous ne pourrez jamais devenir riche grâce à eux.

 

L’exemple vient d’en haut.

 

Nos gouvernements sont censés montrer l’exemple et prendre les meilleurs décisions pour nous, un peu comme des parents les prennent vis-à-vis de leurs enfants.

Ils sont élus par le peuple pour les représenter au mieux de leurs intérêts mais ils sont pourtant les premiers à avoir profité de ces crédits.

Pour donner la sensation au peuple que :

  • tout allait bien,
  • nous vivions dans l’opulence,

 

Alors que nous vivions au-dessus de nos moyens, que nous avons vécu à crédit pendant des décennies !!!

On maintient le système en place en empruntant toujours de plus en plus en toute impunité, avec un sentiment de toute puissance.

Et pourtant…

 

Certains pays de la zone Euro sont aujourd’hui au bord de la faillite, menaçant par la même toute la zone Euro.

Si une entreprise devait fonctionner aujourd’hui comme les Etats qui nous gouvernent, il y a bien longtemps que les banques lui auraient fermé les robinets du crédit.

Et il y a bien longtemps que cette société serait obligée de déclarer la faillite.

Les Etats ne sont pas gérés aujourd’hui en « bon père de famille ».

 

Pour un crédit immobilier à un citoyen lamdba, une banque dépassera rarement des remboursements mensuels dépassant 30% de vos revenus mensuels.

Alors que pour nos pays occidentaux, nous frôlons bien souvent la barre des 100% d’endettement du PIB (Produit Intérieur Brut).

Avec certains mauvais élèves qui dépassent largement la barre des 100%.

C’est trop, beaucoup trop de crédit, et surtout quel cadeau laissons-nous à nos enfants.

Ils commenceront leur vie endetté jusqu’au cou !!!

Ils auront plus de mal que nous encore de devenir riche un jour.

Vous ne souhaiteriez pas laisser ce genre de situation à vos enfants, et bien les gouvernements s’en chargent.

Combien de générations faudra-t-il pour résorber ces dettes ?!

 

Retour en arrière impossible ?

 

Les gouvernements sont incapables de prendre aujourd’hui les vraies mesures qui s’imposent pour sauver les Etats.

Et nous, les citoyens avons été trop habitués à recevoir, souvent sans retour en proportion, que pour accepter le changement.

Les Chefs d’Etats commencent à prendre conscience de la situation catastrophique dans laquelle nous nous trouvons.

Mais malheur à celui qui osera prendre des mesures drastiques, mais nécessaires, pour la survie du Pays.

La sanction serait immédiate, il ne serait pas réélu ou même serait déchu par le peuple !!

Pour éviter cela, ils prennent donc des demi-mesures qui ne seront pas efficaces ou pas suffisantes à long terme.

 

Un Etat est comme une entreprise, elle doit remettre annuellement un bilan de son année écoulée et respecter un budget.

Pourtant il est bien connu que l’on peut faire dire par les chiffres ce que l’on veut, on peut manipuler les chiffres.

 

Un exemple ?

 

Nos Etats Occidentaux ont revendu ces dernières années des dizaines, des centaines de biens publiques afin de renflouer les caisses.

Très bien vous me direz.

En effet, si l’on a plus besoin d’un bien immobilier, qu’on le revende ou qu’on le loue à un tiers.

Mais dans le cas qui nous occupe, ils ont revendu certains de ces biens à des sociétés immobilières privées.

En à peine 7 ans de location elles auront rentabilisé leur investissement.

Ce qui signifie qu’en vendant un immeuble abritant nos fameux fonctionnaires, le bilan se trouve amélioré significativement la première année, faussant complètement la réalité des chiffres.

Mais au bout de la 7ème année, et pendant des années, l’Etat deviendra locataire à grands frais.

Je suis certain de ce que j’avance car j’ai eu l’occasion d’avoir accès au dossier de vente de l’un de ces bâtiments.

 

Des systèmes trop lourds. 

 

Les Etats sont devenus des machines trop lourdes, trop chères à entretenir.

Ils leurs faut toujours plus de ministres, de députés, de fonctionnaires, pour toujours plus contrôler et sanctionner ceux qui veulent travailler.

Il est temps de repenser le système :

 

  • alléger la fiscalité de ceux qui travaillent et/ou qui veulent faire travailler d’autres personnes.
  • mettre au travail ceux-qui, souvent par choix, ont décidé qu’ils ne travailleraient jamais et que l’Etat encourage en octroyant des primes de chômage. Certaines familles en sont maintenant à la troisième génération de chômeurs, de père en fils…
  • Ne pas allonger indéfiniment la durée du temps de travail et laisser la place aux jeunes.
  • Moins de fonctionnaires pour tout contrôler, et un système plus simple, plus uniforme et plus stable de taxation. Le système fiscal aujourd’hui est complexe à l’extrême, les lois changent tous les ans.

 

Il est temps de prendre de vraies décisions.

 

Je n’ai certainement pas la prétention de dire ce qu’il faut faire et comment.

Il y a des personnes plus intelligentes que moi dans ce monde économique et politique.

C’est juste la pensée et la réflexion d’un citoyen moyen sur la conjoncture actuelle.

Je sais seulement que si j’avais géré certaines de mes sociétés comme nos décideurs le font, c’est sans aucun scrupule que l’on aurait déclaré ma société en faillite !!

Je sais aussi que quand tout va mal dans une société, il faut pouvoir prendre des mesures drastiques pour … survivre !

Pourtant, en ces temps de crise, il semble que ces mesures qui devraient être prises ne le sont pas.

Encore et toujours la peur de l’électeur !!!

 

Un système social en fin de vie ?

 

Le système social que nous connaissons aujourd’hui dans les pays occidentaux a peut-être atteint ses limites ?!

Nous assistons peut-être à la fin programmée de l’Etat Providentiel.

L’Etat encourage certains à ne pas travailler et décourage ceux qui travaillent.

 

Exemples :

 

  • Mon père a travaillé dur toute sa vie pendant 45 ans. Il a toujours été indépendant. Lorsqu’il a pris sa pension, on lui a royalement octroyé 1200€ de pension. Suffisant pour vivre ? Peut-être mais sans excès ! 
  • Un ami était indépendant et a fait faillite. Du jour au lendemain, il n’a plus eu droit à rien. Pas de chômage, comptes bancaires saisis, voiture saisie, maison saisie. Il n’avait malheureusement pas de réserve de trésorerie, il a « crevé de faim » pendant des mois. Heureusement il avait sa famille et des amis. Il a payé sa faillite pendant 10 ans. Est-ce ainsi que l’on récompense ceux qui prennent des risques ?
  • Je connais des chômeurs qui sont tout à fait capable de travailler (et qui travaillent non officiellement d’ailleurs). Ils restent au chômage toute leur vie par choix et montre ainsi la voie à leurs enfants. L’Etat n’a-t-il pas encore assez de fonctionnaires pour les contrôler ou bien ferme t’il les yeux ? N’oublions pas que ce sont des électeurs comme les autres, qu’ils ont le même droit de vote. L’Etat entretien un troupeau de moutons. On leur donne à manger et ils restent fidèles à la main qui leur donne à manger (lire : ils continuent de voter pour ceux qui donnent).

 

Pour avoir la chance de continuer à vivre dans le système occidental que nous connaissons, qui nous donne ce que nous avons besoin (eau, nourriture, logement, sécurité,…), il va falloir à un moment prendre conscience qu’il faudra tous travailler plus, plus longtemps ou… plus intelligemment.

 

Une vie toujours plus chère…

 

La vie coûte de plus en plus cher, même pour les choses de base comme la nourriture.

Les salaires ne suivent pas suffisamment cette évolution du coût de la vie.

Même avec deux salaires, certains ménages ont du mal à boucler leur fin de mois.

Certaines personnes sont obligées de cumuler deux ou trois boulots.

Les PME (petites et moyennes entreprises) sont le moteur même de l’économie dans beaucoup de pays.

Elles sont considérées comme les vaches à lait de la société.

Elles sont beaucoup trop taxées et incapables de payer mieux leurs employés, vu les charges qu’elles doivent payer sur chaque salaire.

Les entreprises ont de plus en plus de mal et le nombre de faillite augment inexorablement et augmentera à l’avenir inévitablement.

 

Pour solutionner le problème de la dette publique, l’Etat a trouvé comme seule solution la taxation de plus en plus lourde.

Année après année, le peuple et les entreprises, se font manger à la petite cuillère.

Ceci installe une démotivation générale et une perte de confiance dans le système et dans les gens qui nous gouvernent.

La solution devra inévitablement venir de l’allègement des frais de fonctionnement de l’Etat, mais quand, comment, et à quel prix ?

 

Mais pas pour tous !

 

C’est aussi sans parler des milliards d’euro que ces grosses structures détournent chaque année via mille et un Paradis Fiscaux comme nous l’a encore dévoilé dernièrement le scandale « Panama Papers ».

Par contre, dans ce contexte de dictature fiscale et financière, combien de multinationales s’implantent chez nous ?

Elles utilisent le savoir-faire de nos pays et profitent des primes grassement versées par l’Etat ?

Afin de les inciter à s’implanter chez nous, ou simplement à rester une fois qu’elles sont implantées, elles reçoivent des accords d’allègement fiscaux en tous genres.

Elles profitent du système, détournent bien souvent des sommes colossales avant de mettre la clef sous le paillasson ou délocaliser.

Le peuple en a conscience, jure tous ses grands Dieux à chaque fois, se morfond alors qu’il semblerait que nos élus n’y voient rien car le scénario se répète encore et encore.

C’est aussi sans parler des milliards d’euro que ces grosses structures détournent chaque année via mille et un Paradis Fiscaux comme nous l’a encore dévoilé dernièrement le scandale « Panama Papers ».

Par ces simples jeux d’écriture, ces sociétés ne payent quasiment rien comme impôts dans nos Pays à fort taux de taxation.

Par contre, elles encaissent des bénéfices colossaux par le biais d’autres sociétés délocalisées Offshore.

 

Pauvres fonctionnaires.

 

Mettez-vous maintenant 5 minutes dans la peau de nos pauvres fonctionnaires de l’Administration (je vais me faire des amis).

Il est plus facile de contrôler et sévir sur des petits particuliers ou des petites sociétés.

Ils n’ont ni les moyens financiers, ni le temps, ni souvent les connaissances pour se défendre efficacement.

Alors que ces grosses structures ont des batteries de juristes, avocats et comptables.

Il faudrait que l’Administration déploie une armée de fonctionnaires de haut vol pour les contrecarrer.

Et aussi qu’elle ait l’envie ou l’intérêt de le faire…

 

Vive notre Europe.

 

Je suis personnellement fier de faire partie de la zone Euro.

Quelle facilité pour les transactions financières internationales.

Nous avons maintenant une monnaie forte qui est acceptée quasiment partout dans le monde, au même titre que le dollar.

Les habitants de la zone euro peuvent circuler librement et facilement d’un pays à l’autre, tant pour le tourisme que pour les activités économiques.

Par contre est-il normal qu’il n’y ait toujours pas d’harmonisation des salaires, des taxations, du coût de la vie…etc.

Et que ceux-ci soient si différents d’un pays à l’autre de l’Europe.

Aucune harmonisation n’a été créée, les règles ne sont pas les mêmes pour tous.

 

Nous avons ainsi des arrivages massifs de travailleurs des pays les plus pauvres de la zone Euro (Bulgarie, Roumanie, Pologne p.e.), vers les pays les plus riches.

Ils viennent y travailler de manière tout à fait légale (libre circulation des biens et des personnes) à 10 €/heure alors qu’un ouvrier français, belge ou allemand en coûte 4 à 5 fois le prix.

Le coût horaire d’un ouvrier en Bulgarie est de 4€/heure alors que dans d’autres pays de la même Europe, le même ouvrier coûtera 40€/heure.

Et tout ceci au sein d’une même Europe. Vous trouvez ça normal ?

 

Les règles du jeu.

 

Nos gouvernements changent les « règles du jeu » d’une année à l’autre, beaucoup trop rapidement, comme si c’était fait exprès pour nous empêcher de devenir riche.

Ce qui était vrai hier, ne l’est plus aujourd’hui et ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera sans doute plus demain.

Nous sommes dans l’insécurité et dans le flou le plus complet.

Il faut être réactif et se remettre en question de manière permanente, se réadapter sans cesse si vous voulez devenir riche un jour.

 

Je suis papa de quatre enfants et honnêtement je m’interroge souvent quant à leur avenir.

Quelle désillusion que d’arriver à l’âge adulte dans un monde si compliqué…

Même si je n’en suis pas responsable, je suis honteux de les laisser arriver dans une telle conjoncture sociale et économique !

 

Malgré tout ce contexte peu réjouissant, il faut s’adapter, trouver des solutions pour vivre ou survivre.

La création de richesse est encore un sujet tabou dans nos pays occidentaux, on ne nous apprend pas à gérer ou créer de la richesse à l’école.

On nous formate pour être de bons élèves dociles qui travailleront toute une vie entière, jusque 60-65-70 ans, ou peut-être jusqu’à la mort dans quelques années ?!

Les gouvernements ne souhaitent pas que nous puissions devenir riche, sinon qui travaillerait pour alimenter ses caisses ?!

 

Il y a encore moyen de devenir riche aujourd’hui, mais il faut faire preuve d’initiative, d’audace et surtout, il est temps de passer à l’action, de se prendre en main et de ne plus compter uniquement sur l’Etat providentiel pour subvenir à nos besoins…

Ce temps-là est derrière nous !!!

 

L’argent.

 

Qu’est-ce que l’argent ?

 

Les origines.

 

A l’origine du commerce, il y avait le troc.

Le pécheur échangeait un poisson contre 2 pains, le chasseur une pièce de viande contre quelques pièces de bois débitées pour la construction de sa maison,…etc

Les gens échangeaient donc des biens matériels qu’ils pouvaient facilement se procurer ou fabriquer contre d’autres biens dont ils avaient besoin et que d’autres personnes pouvaient facilement leur fournir.

Le problème de ce système était qu’il fallait trouver une personne qui possédait ce que nous désirions, et que cette personne soit intéressée par ce que nous possédions.

Si et seulement si il y avait intérêt mutuel, il pouvait y avoir échange.

 

Et ensuite…

 

Pour faciliter les échanges, l’homme a inventé la monnaie d’échange.

Au début, des coquillages, des plumes,… puis des perles, des pierres précieuses, l’argent, l’or,…

L’homme avait convenu qu’une marchandise pouvait être échangée contre des coquillages.

Ils avaient confiance dans la persistance de sa valeur et dans sa capacité à servir de moyen d’échange.

Les coquillages étaient nos billets de banque d’aujourd’hui.

Il était déjà plus facile d’avoir une monnaie d’échange unique, qui soit acceptée par l’ensemble des habitants du village, de la contrée, du pays.

Le système a ensuite évolué vers des pièces de bronze, d’argent ou d’or qui ont remplacés les coquillages.

Les banques ont été créées pour les dépôts de ces pièces, et finalement les billets de banque.

 

Aujourd’hui ?

 

Le système monétaire quasi mondial que nous connaissons aujourd’hui est basé sur des monnaies telles que l’Euro, le Dollars, le yen,…etc, sous forme de pièces et de billets, mais majoritairement sous forme électronique, sous forme scripturale, des chiffres sur un écran d’ordinateur.

Avant les années 70, les banques devaient avoir dans leurs coffres l’équivalent en or de l’argent qu’elles prêtaient ou investissaient.

Depuis, elles ont la possibilité de créer de l’argent virtuel, de l’argent que l’on ne possède plus physiquement, mais que l’on prête quand même.

Les banques ont pris le contrôle du monde financier dans lequel nous évoluons.

Voilà en quelques lignes l’histoire de l’argent, de la monnaie, de manière très synthétique.

 

Les croyances par rapport à l’argent.

 

Argent bien ou mal ?

 

Symbole de puissance, synonyme de richesse, l’argent a toujours été, de tous temps, pour toutes les civilisations, tous les peuples, source de convoitise, source d’envie, source de guerres aussi.

Il n’est donc pas étonnant qu’on lui attribue une étiquette très négative.

L’argent est souvent considéré comme un mal.

Alors que l’argent peut aussi bien servir le bien.

L’argent n’est ni bien, ni mal, il est neutre, ou plutôt il est ce que vous voulez qu’il soit !

 

Si vous avez demain 10.000.000€ par exemple, outre le fait que votre descendance sera mise à l’abri du besoin, ce que tout parent essaye de faire pour ses enfants, que feriez-vous avec votre argent ?

 

Vous pourriez aussi bien par exemple :

 

  • l’emmagasiner jalousement sur un compte ou dans un coffre, encore et toujours plus, pour ne finalement ne jamais rien en faire. Vivre pauvrement en parallèle afin d’éviter toute dépense et au final, à votre mort, tout remettre à l’Etat.
  • le garder précieusement, le faire fructifier, le donner progressivement ou le destiner à terme à vos enfants.
  • acheter des armes pour soutenir une cause quelconque, investir dans le commerce de la drogue.
  • financer un projet durable pour éradiquer la faim au sein d’un village d’Afrique par exemple.

 

Comme vous le voyez, l’argent donne la possibilité de réaliser des choses qui sont le reflet de nous-même, de nos envies, de nos préoccupations, de nos convictions, de nos opinions, en bien ou en mal.

L’accumulation de l’argent nous donne également la possibilité de devenir riche, si nous en avons le désire.

 

L’argent pas pour tous.

 

Les blocages qui nous empêchent de devenir riche sont en fait ancrés au plus profond de nous-mêmes, ils proviennent de la petite enfance, de notre éducation familiale, de notre éducation à l’école, de la société dans laquelle nous vivons.

Nous recevons toute notre vie des signaux négatifs à propos de l’argent.

L’argent dans notre système actuel est en tous cas un sujet tabou.

 

Soyez convaincu que vous n’êtes pas fait pour devenir riche, que vous ne le méritez pas (parce que vous êtes issu d’une famille pauvre par exemple), et par là, ne faites surtout jamais rien pour y arriver, et je peux vous assurer que cela marchera, vous n’aurez jamais rien !

Soyez maintenant convaincu que tout le monde peut devenir riche, que l’argent est là pour tout le monde.

Faites-en un objectif, visualisez ou chiffrez clairement vos objectifs, vos buts, ayez un plan d’action clair et … passez à l’action.

Sans prise de risque, sans investissement de votre part, sans action, pas de récompense au bout du tunnel, impossible de devenir riche.

Si par contre vous mettez tout en œuvre pour y arriver, il y a de fortes chances pour que vous soyez récompensé au final et que vos objectifs soient atteints.

 

A quoi sert l’argent ?

 

L’argent dans notre société aujourd’hui peut être synonyme de :

 

  • Sécurité : dans notre monde, le fait d’avoir de l’argent permet de se sentir à l’abri du besoin. De savoir que même en cas de coups durs on pourra subvenir aux besoins de sa famille, apporte un sentiment de paix intérieure. Ne pas avoir d’argent devant soi, vivre au jour le jour avec l’argent que l’on a, crée un sentiment de frustration, de peur. On ne sait pas comment demain sera fait ou comment on bouclera la fin du mois
  • Liberté et indépendance : ne plus dépendre uniquement de son travail pour vivre, permet de pouvoir prendre du temps pour soi et pour les autres, de faire ce que l’on désire quand on le veut, quand on en a envie.
  • Luxe : s’acheter une résidence secondaire, une voiture de sport, des voyages magnifiques,…etc
  • Pouvoir : afficher son statut social par rapport aux autres en exhibant certains objets ou possessions.
  • Mondialisation : vos Euros p.e. (ou vos Dollars) seront acceptés partout dans le monde et vous permettront des transactions commerciales ou tout simplement de profiter du tourisme mondial.
  • Spéculation : se servir de son argent pour essayer d’en obtenir plus in fine.

 

L’argent n’est donc à la base qu’une manière de répondre à nos besoins primaires (boire, manger, se loger, se chauffer…).

Par extension, l’argent permet d’avoir plus, beaucoup plus.

A contrario, l’argent suscite évidemment aussi pour certains les émotions inverses parfois très négatives et destructrices.

Le fait de manquer d’argent peut conduire à l’exclusion sociale, la honte, l’envie, la jalousie, la colère, l’insécurité, la peur,…etc

 

Pourquoi toujours plus d’argent ?

 

Vision de la richesse.

 

Lorsque l’on parle de gens riches, on imagine de suite les stars du sport ou de la chanson dans leur merveilleuse villa avec piscine au bord d’une mer bleue, roulant à bord d’une énorme voiture de sport rutilante, traversant le monde dans leur jet privé.

On pense également aux heureux gagnants de la Loterie.

Ils passent en une minute du statut de citoyen lambda au statut de personne riche.

Ils dépensent sans compter, ils se font entourer de mauvaises personnes pour gérer leur argent ou leur patrimoine car ils sont incapables de le faire eux même.

 

Je crois que c’est effectivement une vision que l’on peut avoir de la richesse.

Mais personnellement, je trouve cela un peu superficiel et cela ne correspond pas du tout à mes valeurs.

Combien de ces personnes qui ont atteint des sommets, qui ont gagné des montagnes d’argent en très peu de temps, sont retombées au final à zéro, car elles n’avaient aucune culture de la gestion de l’argent, aucune éducation financière.

 

Argent et bonheur.

 

Les gens pensent qu’ils ont toujours besoin de dépenser plus d’argent pour être plus heureux.

Il est vrai que durant la première période d’enrichissement, plus on dépense d’argent, plus ces dépenses nous apporte le bonheur et donc plus nous sommes heureux.

L’argent que nous dépensons sert alors pour nos dépenses primaires et notre zone de confort.

 

Par contre, il est prouvé qu’au-delà d’un certain seuil de dépenses mensuelles, cet argent dépensé ne procure plus ou presque de bonheur.

Est-ce que vous pensez que celui qui a déjà une Porsche et une Ferrari dans son garage sera 10 fois plus heureux dans sa vie le jour où il y rajoutera une Lamborghini ?

Non évidemment.

C’est peut-être pour cela que l’on nous dit toujours que l’argent ne fait pas le bonheur.

 

Est-ce que les personnes les plus riches sont les plus heureuses ?

Personnellement, je ne le crois pas.

Maintenant, il est certain également que les personnes qui vivent dans le besoin ne sont pas non plus les personnes les plus heureuses.

Comme pour toute chose, il y a un juste milieu à atteindre.

La vérité ne se trouve pas dans les excès, ni dans un sens, ni dans l’autre.

Devenir riche pour devenir riche n’a aucun sens !

 

Combien d’argent pour être heureux ?

 

Où se trouve la limite ?

 

Ou se trouve donc cette limite à atteindre à partir de laquelle nous atteignons ce bonheur maximum grâce à l’argent ?

Cette limite se situe là où nous voulons la placer !

Nous avons chacun nos objectifs financiers, et nous nous considérons donc comme riche lorsque nous avons atteint cet objectif.

Une personne qui se considère comme riche parce qu’elle a atteint son objectif de 1.000.000€ de capital sera considérée comme « pauvre » par quelqu’un qui a atteint 100.000.000€ de capital.

L’important est de se sentir bien avec ce que l’on a, en accord avec soi-même, avec ses valeurs.

 

Combien d'argent pour être heureux ? Ou se trouve donc cette limite à atteindre à partir de laquelle nous atteignons ce bonheur maximum grâce à l’argent ?

 

A un moment, il faut pouvoir se dire : « J’en ai suffisamment ».

Le bonheur n’est pas à chercher dans un chiffre sur un compte en banque.

Il faut le chercher dans l’amour de ses proches, de sa famille et de ses amis, dans le temps que l’on est capable de leur consacrer.

 

Tranche de vie.

 

Je discutais un soir avec mon plus vieil ami.

On parlait d’investissement immobilier, de divers moyens de gagner plus d’argent et de devenir riche ou encore d’assurer l’avenir de nos enfants.

Il me répondit que sa vision des choses était différente de la mienne.

Que quand il avait terminé sa journée de travail, il aimait profiter de son temps le soir pour lire une bande dessinée, regarder un bon film à la télévision, ou encore regarder les étoiles dans son jardin.

Ce sont des choses finalement très simples et peu coûteuses, mais qu’importe, si ces choses le rendent heureux.

Je ne peux de toute façon pas le blâmer de penser comme cela.

La vie n’est pas faite que pour gagner de l’argent !

 

En faisant une randonnée un jour avec un autre ami, il me racontait que lui était fort peu matérialiste, qu’il n’avait finalement besoin de rien grand-chose pour être heureux.

Ses valeurs étaient essentiellement centrées sur sa famille (maison, épouse, enfants,…) et qu’en dehors de cela il se rendait compte avoir besoin de très peu en plus pour être heureux. 

Les valeurs de beaucoup d’entre nous ne sont pas forcément dans l’accumulation d’une montagne d’argent afin de gagner le bonheur.

Il nous faut par contre tous suffisamment d’argent que pour mener la vie que nous souhaitons vivre et assurer le confort et la sécurité de nos proches.

 

Qu’est-ce que ma vision de la richesse ?

 

Point de vue perso.

 

La richesse pour moi est d’avoir suffisamment d’argent pour ne pas « devoir » faire un métier qui ne me plaît pas, ou « être obligé » de travailler 40 ou 80 heures par semaine, ou encore « forcé » de travailler jusqu’à l’âge de la pension, qui soit dit en passant, s’allonge de plus en plus à chaque décennie.

Je n’ai pas dit arrêter de travailler, mais faire ce qui nous plait, quand cela nous plait, au rythme que nous avons envie de mener.

Je ne suis pas prêt d’arrêter de travailler, je n’en ai pas envie aujourd’hui, peu importe l’argent que j’ai ou que j’aurais.

Par contre, je me considère comme un « Electron Libre ».

Je suis avide de liberté et d’indépendance, c’est viscéral chez moi, pas que j’ai un problème avec l’autorité ou la hiérarchie, mais je veux faire les choses à ma manière, pour moi, dans mes intérêts et pas dans l’intérêt d’un patron à qui je vendrais mes heures de travail.

 

Devenir riche pour moi, c’’est aussi avoir suffisamment d’argent pour « la vie de tous les jours » ainsi que pour pouvoir mener à bien ses projets, ses objectifs.

Avoir assez de temps libre et d’argent que pour réaliser nos rêves.

Le temps, c’est sans doute la chose qui m’a manqué le plus dans ma vie.

Je suppose ne pas être le seul, nous courrons tous après le temps.

 

Pension = St Graal ?

 

Atteindre un jour l’indépendance financière, et pour cela devenir riche, est un objectif que je me suis lancé il y a des années.

Je n’ai pas envie de travailler jusqu’à 70 ans parce que nos élus ont décidé que c’était la norme.

Par ailleurs, je ne vise pas non plus la pension comme le « Saint Graal », comme la plupart des gens la voit.

Je crée ma pension tous les jours par mon travail et mes investissements.

Dans ma vie j’ai vu bien trop de personnes parler de leur pension comme d’un aboutissement.

Beaucoup n’y sont malheureusement jamais arrivés, et beaucoup nous ont quitté au lendemain de leur pension, comme si l’objectif était atteint et qu’il n’y avait plus rien après.

 

Devenir riche ou être riche pour moi passe également par la création d’un patrimoine que je pourrais un jour, à mon gré, léguer à mes enfants.

Je pense souvent à leur avenir et à la vie qui ne devient certainement pas de plus en plus facile au fil du temps.

 

Comment créer de la richesse ?

 

La première chose à faire pour devenir riche un jour est de décider qu’un jour vous serez riche.

Vous devez vraiment croire que votre destin est de devenir riche, que vous pouvez devenir riche, que vous n’êtes pas fait pour rester pauvre toute votre vie.

La deuxième chose à faire est de se former, de faire votre éducation financière, d’apprendre, d’apprendre encore, de devenir expert dans votre domaine.

La troisième chose à faire est de passer à l’action.

Agissez !!!

Personne ne le fera à votre place, prenez votre destin en main.

Vous POUVEZ devenir riche, vous pouvez le devenir, mais rien ne se passera si vous n’agissez pas.

Sortez de votre zone de confort, prenez des risques, des risques calculés, mais prenez-en.

Franchissez une étape à la fois, une marche à la fois, et au final votre vie sera devenue une succession de petites étapes qui créera un énorme patrimoine.

Sortez du troupeau, ne suivez pas le troupeau bêtement ou par habitude parce qu’il continue tout droit.

La voie du succès est peut-être vers la gauche ou vers la droite, mais pas tout droit !

 

Les règles de base pour devenir riche.

 

Je n’ai pas inventé ces règles de base, ce sont des règles de bon sens et elles sont reprises dans la majorité des livres qui traitent de l’argent.

Il me semblait néanmoins essentiel de les reprendre dans cet article, même brièvement, car elles font partie intégrante de la culture financière.

 

Dépensez moins.

 

Si vous gagnez 2000€/mois et que vous dépensez 2000€ chaque mois, ou pire 2200€, pensez-vous que vous parviendrez à devenir riche ?

Vivez selon vos moyens, n’achetez pas de choses superflues que la société de consommation essaye de vous vendre à grand coup de matraquage publicitaire 24h/24h, 7j/7j dès que vous allumez votre télévision, votre radio, dès que vous sortez de votre maison, sur internet, dans les revues, ….

 

  • Attendez au maximum avant de remplacer vos objets qui fonctionnent encore.
  • Attendez le bon moment pour acheter : soldes, promotions ou achetez moins cher.
  • Achetez en gros si vous savez que vous les utiliserez rapidement.
  • Achetez en occasion au lieu d’acheter neuf.
  • Ne privilégiez pas que le prix, trouver un bon rapport qualité prix.
  • Ne surchargez pas votre vie avec une abondance d’objets inutiles.

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Payez-vous en premier.

 

« Payez-vous en premier » ou « Pay Yourself First » est une des bases fondamentales de l’enrichissement.

En quelques mots, cela signifie que votre priorité numéro 1 est d’épargner un certain pourcentage de vos revenus dès leur entrée dans votre portefeuille ou sur votre compte en banque, avant d’envisager toute dépense.

Vous devez gagner plus que ce que vous ne dépensez !

Et cette différence entre vos entrées et vos sorties d’argent vous permettra d’investir et de faire fructifier votre investissement.

Le plus facile à mettre en place étant de faire un ordre permanent de votre compte principal vers un compte séparé ou vers un compte d’épargne.

Commencez petit !

Avec par exemple 5% de vos revenus, vous ne ressentirez pas ce « retrait » dans votre vie de tous les jours.

Vous pourrez passer ensuite progressivement à 10, 15 ou 20% de vos revenus.

 

Cet argent épargné ne doit pas être utilisé dans votre vie de tous les jours.

Vous devez considérer qu’il n’existe plus !!

Jouez le jeu et faites le test ne fut ce qu’un mois, c’est indolore !!

L’argent ainsi épargné ne devra être utilisé QUE pour la création de votre patrimoine, de votre enrichissement.

C’est une forme d’épargne forcée.

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Eliminez vos mauvaises dettes.

 

Si vous avez des crédits à la consommation, il est primordial de mettre un plan d’action en route immédiatement pour rembourser au plus vite ces crédits, et ensuite, bannir à jamais ces crédits de votre vocabulaire.

Ces crédits sont faits pour vous faire consommer encore et encore, au-dessus de vos moyens.

Ne succombez pas au chant des sirènes.

Ces crédits vous coûtent une fortune et vous serez obligés tous les mois de rembourser des mensualités, ce qui appauvrira votre train de vie des prochains mois ou années.

Faites le cheminement inverse, épargner l’argent puis lorsque vous avez épargné le montant nécessaire et, si c’est vraiment nécessaire à votre bonheur, achetez-le.

Vous constaterez qu’en épargnant pendant plusieurs mois pour acheter l’objet du désir, votre envie sera peut-être passée.

C’est que ce n’était pas quelque chose d’essentiel.

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Revenus actifs, alternatifs et passifs.

 

Il est très important de bien comprendre les nuances entre ces 3 types de revenus.

 

REVENUS ACTIFS :

 

Les revenus actifs sont les revenus que vous générés par votre travail principal, en général un travail de salarié, de fonctionnaire ou d’indépendant.

Ils vous demandent donc beaucoup de temps investi pour générer un salaire.

Votre temps est précieux et limité.

Il est donc difficile de devenir riche avec des revenus actifs.

 

REVENUS ALTERNATIFS :

 

Les revenus alternatifs sont des revenus autres que votre emploi principal de salarié ou d’indépendant.

C’est une seconde source de revenus obtenue par la « vente » de votre temps.

Par exemple :

 

  • la vente d’objets via internet
  • donner des cours d’anglais les soirs et WE
  • gérer un bien immobilier vous-même en location saisonnière

 

Votre temps disponible étant limité, ces revenus seront par conséquent limités également.

Mais ils vous permettront de créer de la richesse plus rapidement en gagnant plus.

 

REVENUS PASSIFS :

 

Les revenus passifs sont des revenus qui demandent très peu de temps pour être produits. Par exemple :

 

  • un bien immobilier géré via une agence immobilière
  • des dividendes d’actions que vous avez en portefeuille
  • un blog ou site internet qui tourne seul automatiquement et qui nécessite donc très peu de votre temps.

 

Vous aurez compris que le but est de réussir à transformer sa vie pour un jour obtenir une majorité de revenus passifs.

Vous serez ainsi dans une situation où vous avez des revenus suffisants pour vivre et vous aurez du temps libre pour ce qui vous intéresse vraiment dans la vie.

Les revenus passifs sont la Voie Royale pour devenir riche un jour !

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Formez-vous encore et encore… Apprenez !!!

 

Il est nécessaire toute sa vie de continuer à se former si vous voulez un jour devenir riche.Notre système éducationnel nous oblige à suivre les cours jusque l’âge de 18 ans minimum, parfois à contrecœur pour certains tant les matières sont parfois rébarbatives ou peu intéressantes.

L’avantage de suivre un cursus obligatoire est d’obtenir in fine une bonne culture très générale.

Pour ceux qui en ont la possibilité et les capacités, les études supérieures vous orienterons vers un secteur plus spécifique.

Vous ferez un choix d’orientation et vous deviendrez alors un spécialiste dans votre domaine, ce qui vous entraînera sans doute à exercer votre profession dans ce domaine.

Nous sommes peu finalement à avoir suivi des formations dans les domaines qui nous intéressent ici à savoir l’argent, la gestion de patrimoine, l’immobilier,…etc.

C’est pour cela qu’il est nécessaire toute sa vie de continuer à se former.

 

  • Lisez des livres, des magazines, des blogs, des revues ou sites spécialisés.
  • Suivez des émissions télévisées spécialisées.
  • Inscrivez-vous à des conférences, formations, séminaires ou cursus libres.
  • Prenez des séances de coaching ou faites appel à des consultants ou à des spécialistes.
  • Trouver des mentors

 

Parfois, je me sens dans l’impasse, je ne trouve pas de solutions à un problème, je doute de moi et de ma façon de faire.

Dans ces périodes de doutes qui sont inévitables dans la vie, et certainement dans une vie d’indépendant, je surf sur ces diverses sources et bien souvent, là où je ne m’y attends pas, je trouve la solution à mes interrogations.

« Mais oui bien sûr, c’est dans cette direction que je dois aller ».

« J’ai toujours fait comme çà, et si je faisais comme ça, je vais essayer, demain j’essaye… ».

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Lancez-vous.

 

Je l’ai déjà dit, je le redirais encore dans ces lignes.

Le plus important c’est à un moment de prendre confiance en soi et d’oser franchir le pas.

Vous pouvez avoir tout appris, maîtriser parfaitement la théorie, connaître toutes les ficelles, avoir lu tous les livres, consulté des dizaines de mentors, si vous ne franchissez pas ce cap, il ne se passera jamais rien, jamais vous ne pourrez devenir riche, jamais vous ne vous créerez un patrimoine.

Si à un moment vous ne plantez pas la graine, vous n’aurez jamais un jour un bel arbre duquel vous pourrez cueillir le fruit, et ce quel que soit votre domaine de prédilection (entreprise, bourse, immobilier,…)

Je ne dis pas non plus que vous devez vous lancer à corps perdu, tout miser sur un numéro ou sur un cheval, nous ne sommes pas au casino.

Il faut prendre le temps d’apprendre, de réfléchir, de calculer.

Ne voyez pas trop grand au début, mais laisser vous la chance d’essayer, de tester par vous-même et de voir que c’est possible pour vous aussi.

Passez à l’action. Lancez-vous. Osez, osez, osez…

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Réussite ou échec.

 

Je viens de vous conseiller de vous lancer, et je me suis en plus permis d’insister sur ce point.

Est-ce pour cela que votre projet fonctionnera à coup sûr et que vous réussirez immédiatement ?

Bien évidemment non !

Lorsque vous entreprenez quelque chose, rien n’est jamais gagné d’avance et il y a de fortes chances qu’un jour vous soyez confronté à l’échec, ou tout au moins à des résultats médiocres.

Faut-il pour cela ne rien tenter ?

Non bien sûr !

L’échec fait partie intégrante de l’entreprise.

Jamais aucune réussite ne s’est faite sans passer par la case échec.

Quand vous avez appris à rouler en vélo, vous êtes forcément tombé à plusieurs reprises… et pourtant maintenant vous savez rouler en vélo, et vous l’apprenez même à vos enfants.

 

Les échecs ne sont pas graves, ils font partie de la vie et à fortiori de la vie entrepreneuriale, même s’ils ne sont jamais agréables à encaisser.

Il faut apprendre à les dédramatiser, à les digérer pour poursuivre votre route ou passez à autre chose.

Chaque échec doit vous faire progresser vers votre objectif, il y a toujours à apprendre d’un échec.

Vous en ressortirez grandi ! 

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Les moyens de créer de la richesse.

 

Il existe bien évidemment plusieurs méthodes pour devenir riche, plusieurs stratégies de création de richesse.

Nous les mettrons en avant ce chapitre et détaillerons les plus importantes.

Il en existe une multitude, qui ne sont pas toutes accessibles au commun des mortels.

A moins d’avoir un don très particulier dans un domaine précis comme le sport, le show business, l’art, la musique, le cinéma, la politique ce qui, vous en conviendrez n’est pas donné à tous, il faudra que vous usiez de moyens à la portée du plus grand nombre.

 

Le travail.

 

Le travail, c.-à-d. l’échange de votre temps contre de l’argent, est la principale source de revenus de la majorité des citoyens.

A moins d’être un riche héritier, d’avoir gagné le gros lot à la loterie ou d’avoir comme objectif d’être au chômage toute votre vie, il s’agit d’un passage obligé pour tous ou presque.

 

Depuis toujours, le travail a toujours été la principale source de revenus du plus grand nombre.

Qu’il s’agisse de travail manuel ou de travail intellectuel, je connais de nombreuses personnes ayant excellés dans leur domaine de compétence et ayant très bien réussi leur carrière professionnelle, avec un joli patrimoine au final.

C’est vrai mais souvent au prix d’une longue et difficile carrière.

 

Certains adorent leur travail, d’autres le voit comme une obligation pour vivre.

Vivre pour travailler ou bien travailler pour vivre, la question est posée ?

Personnellement je préfère travailler par choix, en faisant ce que j’aime quand j’en ai envie, au rythme que j’ai envie de me donner.

 

Le temps est la chose la plus précieuse que nous ayons.

Nous avons à quota d’heures à vivre sur cette terre, et nous le vendons contre de l’argent. 

Il est peut-être temps d’en prendre conscience et de ne plus voir le travail comme étant la seule source de revenu possible.

Soyez bien conscient que nous n’avons qu’un nombre limité d’heures à échanger contre de l’argent, il est donc très difficile de devenir riche de cette manière. 

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

L’entreprise.

 

Créer sa propre entreprise.

Voilà le rêve de beaucoup de personnes.

Prendre la place du boss, arriver et partir du boulot quand on veut, se fixer ses horaires, aller au restaurant tous les jours, rouler en grosse voiture de société, pouvoir partir 3 fois par an en vacances, …etc.

Le rêve…

Détrompez-vous, la réalité est toute autre !!!

 

Avantages :

 

  • Vous êtes votre propre patron.
  • Vous ne vendez donc plus votre temps si précieux à un employeur contre un salaire fixe.
  • Si votre société fait des bénéfices, vous décidez qu’en faire.
  • Vous organisez votre temps de travail comme vous le désirez. 

 

Inconvénients :

 

La principale difficulté est que, par le fait d’être le boss, vous ne devrez pas juste connaître votre core business (le cœur de votre métier), mais vous devrez être capable de toucher à tout, capable de parler de tous les domaines, pouvoir rentrer dans toutes les discussions.

Vous êtes seul maître à bord !

Vous devrez prendre ou valider toutes les décisions importantes dans différents domaines :

 

  • Comptabilité.
  • Finances.
  • Ressources humaines.
  • Publicité.
  • Achats.
  • Travaux dans vos locaux.
  • Investissements.
  • Et 1001 autres choses.

 

Il est difficile de se retrouver seul aux commandes.

Vous devez tout gérer, pouvoir aborder tous les sujets alors qu’il est impossible d’être fort dans cette multitude de domaines.

Vous pouvez bien sûr engager du personnel, déléguer, ou sous-traiter certains aspects à des professionnels du domaine, mais la prise de décision finale sera quasiment toujours sur vos épaules.

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Faire travailler l’argent.

 

Si vous avez réussi à accumuler un patrimoine financier important et que vous le faites travailler intelligemment, ce patrimoine vous rapportera des intérêts réguliers.

A partir d’un certain volume épargné, vous pourrez même envisager d’en vivre.

Je connais personnellement des personnes vivant très confortablement de cette manière.

 

Le problème principal est bien entendu de constituer ce volume d’argent au départ de votre travail, de votre entreprise, d’un don, ou encore d’un héritage. 

Le second problème à envisager est le fait que dans la conjoncture actuelle, les taux d’intérêts sont tellement bas que les placements sans risques ne génèreront quasiment plus d’intérêts.

 

Si vous voulez quand même générer des taux intéressants, il faudra vous orienter vers des placements plus risqués comme les actions.

Vous viserez alors les plus-values sur actions ou la distribution de dividendes. 

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

L’immobilier.

 

Il est par contre certain que l’immobilier peut devenir un vecteur important de création de richesse par le biais de plusieurs voies.

 

Attention, nous parlons bien ici d’investissement immobilier locatif et non d’investissement dans votre résidence principale.

La différence est aussi importante qu’entre le vert et le rouge !

Il existe énormément de techniques d’investissement différentes dans l’immobilier.

Je ne les détaillerais volontairement pas ici car je les ai déjà traitées dans un autre article

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

Il est par contre certain que l’immobilier peut devenir un support majeur pour devenir riche par le biais de plusieurs voies. 

 

L’indépendance financière.

 

L’indépendance financière est le fait d’avoir des revenus passifs suffisant pour couvrir ses besoins de base et de confort.

Ces revenus provenant de sources autres qu’un travail rémunéré, vous ne dépendez alors plus de personne pour tirer des revenus.

A partir d’un certain moment, votre capital génère lui-même suffisamment de revenus que pour pouvoir vous permettre d’arrêter de travailler, si c’est votre choix bien entendu.

 

J’ai personnellement atteint l’indépendance financière vers l’âge de 38 ans, mais ce n’est pas pour cela que j’ai décidé d’arrêter de travailler.

Je crois en effet qu’une vie équilibrée est un mix de plusieurs éléments comme la famille, les amis, le sport, les loisirs et le travail, mais un travail qui vous plait et n’est donc plus une contrainte pour vous.

Je prends du plaisir à me lever tôt tous les matins pour me rendre au bureau et travailler dans un domaine qui me plait, qui se résume à la gestion de mon patrimoine, dans le but de le faire fructifier.

 

Si vous voulez en savoir plus, lisez cet article.

 

Comment j’ai fait ?

 

J’ai choisi de ne jamais travailler pour un patron.

Cela dure maintenant depuis 20 ans !

Mon épouse, mes 4 enfants et moi n’avons jamais eu faim ou froid et avons toujours eu un toit au-dessus de la tête.

Bien entendu, en démarrant de rien dans la vie, nous n’avons pas toujours croulé sous l’argent !

Pour ma part, afin d’atteindre l’indépendance financière et un patrimoine conséquent en parallèle, j’ai utilisé les supports suivants :

 

Immobilier.

 

Aujourd’hui j’ai une cinquantaine de biens immobiliers.

Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain ou encore tombé du ciel !

C’est un travail de tous les jours pendant 20 ans.

Il y a 20 ans, en 1997, j’achetais ma résidence principale et mon premier appartement à vocation locative.

Ce premier investissement locatif m’a permis de me faire la main et d’apprendre. 

Il était loin d’être parfait ! Que du contraire !

J’ai appris de mes erreurs et je me suis amélioré par la suite.

 

Bourse.

 

J’ai, toute ma vie, investi en bourse, avec également plus ou moins de succès.

Certaines techniques ou stratégies ont mieux fonctionné que d’autres.

Selon la technique que vous choisirez, vous aurez à faire à une technique plus ou moins passive.

Il est possible de consacrer beaucoup de temps ou encore de choisir des stratégies peu énergivores.

Je vous recommande néanmoins la plus grande prudence !

En effet, la bourse peut être destructrice.

Retenez que 95% de ceux qui investissent en bourse perdent de l’argent.

Seulement 5% des intervenants gagnent ce que les 95% ont perdu !!

On est loin du standard de la « Loi de Pareto ».

 

Entrepreneuriat.

 

J’ai créé et repris 5 sociétés dans ma vie, dans les domaines de l’immobilier, de la construction ou encore d’achat et revente d’actifs de faillites.

Encore une fois, j’ai beaucoup gagné et beaucoup perdu.

L’important est que j’y ai beaucoup appris et que je me suis toujours relevé de mes échecs, petits ou grands.

Je n’ai jamais fait faillite, même si pour certaines sociétés, je suis passé tout près !

L’entrepreneuriat est un excellent vecteur de création de richesse.

Une variante de l’entrepreneuriat classique est l’entrepreneuriat OnLine via la création de sites de ventes et de blogs.

Si vous lisez ces lignes, vous savez que j’ai également créé ce blog d’information sur les sujets de l’argent, de l’immobilier et du développement personnel en rapport avec les 2 premiers sujets.

 

Si vous aimez cette page.

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’argent, la création de richesse et l’immobilier, je pense que mon livre « Moi Riche ? Pourquoi Pas ! » pourra vous intéresser.

 

En savoir plus sur le livre

 

 

Conclusions.

 

Je reste positif !!!

 

Malgré le tableau un peu noir que je vous ai dressé au début de cet article, je suis encore et toujours positif.

Il est par contre temps de prendre chacun conscience que nous devons nous prendre en main pour réussir notre vie, et par là, notre vie financière également.

Il faut apprendre à ne compter que sur soi-même et plus en notre patron ou encore en l’Etat Providentiel pour réussir votre vie financière.

 

Même si ces 3 piliers vous apporteront de fortes chances d’atteindre l’indépendance financière et de vous amener à devenir riche, ne vous attendez pas à ce que cela vous tombe du ciel !

Dans tous les cas, vous aurez beaucoup de travail à fournir au départ avant de pouvoir un jour jouir de votre situation.

Il va falloir vous investir et apprendre dans chacun de ces domaines.

 

Vaincre l’inertie.

 

Chaque entreprise est un peu comme un bateau.

Il a une forte inertie qui vous demandera beaucoup d’efforts et de travail au départ.

Par contre, une fois le bateau lancé dans la bonne direction, il va loin et longtemps.

 

Si vous vous lancez sur la route de l’indépendance financière et de la richesse, je vous recommande pour commencer de choisir un seul de ces 3 piliers, celui qui vous paraît le plus facile, le plus abordable dans votre situation.

Gardez-bien à l’esprit que nous ne serons jamais bon ou excellent dans chacun de ces domaines, et c’est valable pour tous.

Trouvez votre domaine de prédilection, formez-vous et lancez-vous !

Vous ferez des erreurs, vous rencontrerez des échecs, mais vous apprendrez et un jour vous réussirez.

 

Sachez que l’indépendance financière et la richesse est accessible à tous et n’est pas réservée à une élite.

Pour vous y aider, j’ai créé pour vous la formation « Objectif 12.500€ 1 an ».

Si vous voulez savoir par où commencer, commencez peut-être par-là ?!

Ce sont LES BASES ESSENTIELLES pour réussir…

 

Bonne route vers la richesse…

 

David Demaire

Auteur du livre « Moi Riche ? Pourquoi Pas ! »

www.moi-riche-pourquoi-pas.com

 

Articles sur le même sujet.

 

Comment devenir rentier ? Début de réponse avec Elisabeth

Etre riche ça s’apprend, mais pas à l’école

Vivre sans travailler avec une agence immobilière.

                     Recevez mon livre 

               "10 occasions de devenir riche avec l'immobilier locatif"