La peur d’échouer doit-elle vous empêcher de passer à l’action ?

La peur d’échouer doit-elle vous empêcher de passer à l’action ?

                     Recevez mon livre 

               "10 occasions de devenir riche avec l'immobilier locatif"

 

 

Je reviens encore une fois sur la peur de l’échec, qui est un frein pour beaucoup d’entre nous !

Nous verrons que si vous voulez à un moment pouvoir jouir de la vie, il s’agit presque d’un passage obligé.

Avoir ou pas de l’argent ne doit dans tous les cas pas vous empêcher de profiter de la vie.

 

La peur de l’échec.

 

J’ai déjà parlé de l’échec à plusieurs reprises sur ce site et notamment dans cet article.

 

Pourquoi vous devez bouger ?

 

Nous aimons tous la sécurité et par là, nous n’aimons pas le changement.

C’est propre à l’humain, c’est donc normal que la majorité pense de cette manière.

La majorité d’entre nous préfère donc se contenter d’une vie simple et dans la moyenne à cause de la peur de l’échec.

Oui, mais si vous-êtes sur ce site, c’est parce que vous ne voulez pas être dans la moyenne et que vous ambitionnez mieux pour votre futur.

Et si vous ambitionnez mieux, vous allez devoir vous bouger et investir, en plus de votre travail.

 

Dans vos commentaires et dans les mails que vous m’adressez, je reçois régulièrement ce genre de messages :

 

   « Je préfère me contenter de mon salaire de salarié, c’est peu mais c’est plus sûr ». 

        ° Qu’est ce qui est encore sûr aujourd’hui ?

   « Au moins avec mon statut de fonctionnaire, j’aurais un salaire jusqu’à ma pension ».

        ° Tu en es certain ? Et pour ton salaire, et pour ta pension ?

   « Tu investis beaucoup en immobilier, mais tu n’as pas peur d’une guerre ».

        ° N’est-elle pas déjà en cours cette guerre d’un nouveau genre ? 

 

Attention, je ne critique pas vos visions des choses, je cherche juste un échange de point de vue dans une démarche constructive.

Et j’essaye toujours de vous donner mon point de vue en retour.

Une vision d’entrepreneur qui fonce et qui connait la peur de l’échec car il l’a déjà rencontré à de nombreuses reprises dans sa vie.

 

Encore ce matin…

 

Un lecteur, avec qui j’ai déjà échangé plusieurs mails très sympas et très constructifs, m’a dit (sans être cynique ou moqueur) :

 

   « Tu lances un livre mais ne crois-tu pas que le marché soit saturé ? »

 

Evidemment que les livres sur le sujet de l’immobilier et des finances personnelles sont déjà là.

Le marché n’attend pas après moi pour révolutionner le monde du livre dans ce secteur, j’en suis conscient.

Vais-je rencontrer l’échec ou le succès ?

Personne ne peut le dire aujourd’hui, mais mon objectif est raisonnable et je ne suis pas utopiste.

Je n’attend  rien de grandiose de peur d’être déçu.

Si ça ne marche pas, au moins j’aurais essayé !

Mais la peur de l’échec ne sera pas un frein pour moi dans cette entreprise. 

 

Etre entrepreneur, c’est prendre des risques.

 

Sortir de sa zone de confort.

 

Quoi que vous décidiez d’entreprendre dans la vie, vous risquez de rencontrer l’échec sur votre route.

C’est inévitable, un peu comme attraper un rhume en hiver, et ce même si on a pris toutes les précautions pour l’éviter.

Lorsque vous lancez quelque chose, quoi que ce soit, vous n’avez jamais aucune garantie que cela va fonctionner et que le succès sera au rendez-vous.

Il est donc logique que la peur de l’échec soit présente sur votre parcours, toujours.

 

Prendre des risques, c’est sortir de sa zone de confort, et il n’y a que de cette manière que vous aurez plus demain.

L’échec est rarement grave et vous permet de vous améliorer ensuite.

Chaque échec est une leçon de laquelle vous aurez un enseignement à en tirer.

Echec après échec, vous avancerez et peaufinerez votre projet pour qu’il soit gagnant au final.

 

Un entrepreneur est quelqu’un qui prend des décisions et qui les assume.

Si ces décisions s’avèrent gagnantes, tant mieux et on s’en félicite.

Sinon, on en prend d’autres pour améliorer son système, jusqu’à atteindre la réussite.

On n’a jamais aucune certitude lorsque l’on doit prendre une décision.

La peur de l’échec est au rendez-vous de toute entreprise.

Si vous vous privez de la possibilité d’être confronté à l’échec, vous vous privez de la possibilité de réussir.

 

Combien de fois ai-je entendu que j’avais de la chance d’avoir de l’immobilier.

NON ce n’est pas de la chance, c’est une prise de risques.

Si je m’étais planté, on aurait ri et on m’aurait dit que j’étais un imbécile ou trop ambitieux. 

J’ai constaté à de nombreuses reprises que les gens adorent voire l’autre en situation d’échec.

Peut-être que ça les conforte dans l’idée qu’il ne faut pas bouger.

 

La peur de l'échec ne sera pas un frein dans cette entreprise.

 

J’aime ces citations.

 

Elles sont le reflet de ce que je vous dis.

 

   « Si on veut obtenir quelque chose que l’on a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on a jamais fait » Péricles

 

   « L’échec fait partie intégrante de notre réussite. L’échec, c’est l’envers de la réussite » Adonis

 

   « Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente » Henry Ford

 

    « Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques » Benjamin Franklin

 

    « Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » Winston Churchill

 

Vous n’êtes pas seul à échouer.

 

Thomas Edison.

 

Avant de parvenir à inventer l’ampoule électrique que nous connaissons, il a connu de nombreux échecs.

A tel point que l’un de ses collaborateurs lui a un jour demandé comment il avait pu supporter ces milliers d’échecs ?

« Je n’ai pas échoué des milliers de fois, j’ai réussi des milliers de tentatives qui n’ont pas fonctionné », lui répondit l’inventeur.

Chaque erreur rectifiée est un pas de plus vers la vérité.

 

J.K. Rowling.

 

C’est à la suite d’un double échec que J.K. Rowling a écrit la fameuse saga « Harry Potter ».

En effet, son mari venait de la quitter et elle avait perdu son emploi chez Amnesty International.

« Malheureusement, dans nos pays, la famille, l’école et même l’entreprise n’ont pas encore assimilé cette évidence. Ceux qui échouent y sont montrés du doigt. J’ai écrit ce livre parce que j’en avais assez de ce décalage : je ne supportais plus de voir des enfants et des adultes souffrir de leurs échecs, alors que l’échec et la réussite sont les deux faces d’une même médaille. »

 

J’ai échoué tellement de fois dans ma vie.

 

Mon premier investissement locatif.

 

Mon premier investissement locatif était très mauvais.

Je ne connaissais rien à l’immobilier mais je voulais me lancer, j’avais 24 ans.

Je devais remettre 250€ de ma poche tous les mois pour payer ce crédit, en plus du crédit de ma résidence principale.

J’ai perdu 6 années d’investissements potentiels à cause de cet unique mauvais investissement.

Mais j’ai appris énormément de choses par moi-même avec cet investissement qui fut un cas d’école pour moi.

Et pourtant, malgré cet échec, vous savez que j’en suis aujourd’hui à 50 biens immobiliers.

 

La « presque » faillite de mes sociétés.

 

J’ai créé et repris 5 sociétés dans ma vie.

Elles ont connu le succès avec des bénéfices parfois indécents dans les « bonnes années ».

Mais elles ont connu la crise également par la suite, et je suis passé à 2 doigts de faire faillite dans 3 d’entre elles.

Au final, je me suis battu, j’ai stoppé toutes les activités et je n’ai pas fait faillite.

Malgré cet échec personnel, je possède encore aujourd’hui 2 de ces 3 sociétés qui sont devenues des immobilières.

La troisième a été vendue pour l’euro symbolique malgré l’énorme chiffre d’affaire qu’elle dégageait.

Chiffre d’affaire n’est pas bénéfice !

 

Et la liste de mes échecs serait trop longue que pour ce seul article.

 

Conclusions.

 

Je ne peux donc que vous inviter une fois de plus à bouger et à sortir de votre zone de confort si vous voulez un jour avoir plus ou mieux que ce que vous avez aujourd’hui.

La peur de l’échec est saine et normale, et l’échec, inévitable.

Chaque échec est l’occasion de prendre le temps de se demander quel est son désir profond.

Et une fois seulement que vous aurez trouvé votre réponse, de rebondir.

En rebondissant trop vite, on retombe dans les mêmes erreurs.

 

Et cela, même en ces circonstances noires que connait encore aujourd’hui l’Allemagne et qui font malheureusement maintenant partie de notre quotidien.

J’adresse d’ailleurs une pensée émue au peuple allemand.

Malgré cette actualité dramatique et morose, je vous invite à croire en vous et à rester positif.

Je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année.

 

Bonne route vers la richesse…

 

David Demaire

Auteur du livre « Moi Riche ? Pourquoi Pas ! »

www.moi-riche-pourquoi-pas.com

 

                     Recevez mon livre 

               "10 occasions de devenir riche avec l'immobilier locatif"

 

8 réactions au sujet de « La peur d’échouer doit-elle vous empêcher de passer à l’action ? »

  1. Hello

    Oui l’échec est vécu comme un drame alors que tout ce qui ne tue pas rend plus fort !

    Chaque fois que nous avons connu un échec personnel ou professionnel cela nous a permis de rebondir et de finalement toujours arriver plus haut !

    Bonne journée

    1. Salut Michael,
      Des échecs financiers douloureux, j’en ai connu pas mal également… Inévitable !
      Joyeuses Fêtes de fin d’année Michael.
      David

  2. Salut David.
    Effectivement je dirai que la peur de l’échec, et même la peur en général ( peur de faire des erreurs, peur de l’inconnu…) est le 1er facteur d’inaction.

    Perso, j’ai flippé quand je me suis lancé ! J’ai acheté mon 1er immeuble de rapport avec travaux, il était inhabité, se trouve dans une toute petite ville qui ne fait pas rêver les investisseurs. C’était pas gagné. Rien de tel pour te mettre la pression ! Mais une fois le projet ficelé, réfléchi, il faut dépasser ses peurs et se lancer. Le seul moyen de passer ce cap de la peur de l’échec est de s’y confronter.
    Maintenant je sais que j’ai élargi ma zone de confort. Je sais que je vais pouvoir attaquer des projets plus ambitieux et plus flippant peut-être….
    Le tout est de faire ce 1er pas.

    1. Salut Bruno,
      Effectivement, le premier achat, le premier crédit, les premiers travaux font peur. Sinon ce serait de l’inconscience !
      Mais au final, tu es toujours là. Et ton patrimoine te remercie d’avoir eu peur un jour…
      Bonne Fêtes Bruno.
      David

  3. Salut David,
    En ce moment, je flippe totalement ! Je suis en train d’acquérir mon premier bien immobilier à Lille et je ne sais pas comment se finira tout ça. Je m’explique :
    1- La loi Alur est passé à Lille. Heureusement, mon cashflow reste positif.
    2- Les travaux. Est-ce que tout va bien se passer ?
    3- La mise en location : j’ai fait une simulation en postant une fausse annonce. Ca devrait bien marcher.
    4- La location : loyer impayé ?
    Voici mes peurs. Heureusement que je me suis formé. Mais j’ai besoin d’affronté ces peurs pour grandir et me sentir plus à l’aise !

    Bonne fête de fin d’année !
    Mais que

    1. Salut Vincent,
      Tu es ingénieur, comme moi. Tu te souviens de tes premiers oraux ? C’est la même chose ici avec tout ces nouveaux aspects de l’immobilier que tu abordes pour la première fois. Ce premier investissement va te demander une énergie importante. Tu verras que ce sera déjà moins le cas pour ton second. Bon courage pour ce premier invest !!!
      Bonnes Fêtes à toi aussi.
      Merci
      David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *